Blog sur le Portugal

Voyages, actualites, histoire, culture, faits divers, images du Portugal, photos, regards sur le monde portugais, à decouvrir ou à redecouvrir.

jeudi 29 janvier 2015

De Lisbonne a Belem du Bresil

La tour de Belém, à Lisbonne, comme la proue d'un navire
C’est en voyant la vidéo de ces jeunes filles brésiliennes qui si joliment récitent le poème du grand poète portugais Fernando Pessoa près de la tour de Belém à Lisbonne, que j’ai pensé aller un peu plus loin, de l’autre côté de l’Atlantique! C’est un poème qui est beaucoup étudié au Portugal et dans les pays de langue portugaise:
Mar Português / Mer du Portugal

Declamação do poema Mar Português de Fernando Pessoa publié par Ronaldo Dalla Vecchia

Ó mar salgado, quanto do teu sal Oh mer salée, pour ton sel

São lágrimas de Portugal! Combien de larmes du Portugal!

Por te cruzarmos, quantas mães choraram, Parce nous t’avons sillonnée, combien de mères ont pleuré,

Quantos filhos em vão rezaram! Combien d’enfants ont en vain prié!

Quantas noivas ficaram por casar Combien de fiancées n’ont pu se marier

Para que fosses nosso, ó mar! Pour que tu sois à nous, oh mer!

Valeu a pena? Tudo vale a pena Cela a-t-il valu la peine? Tout vaut la peine

Se a alma não é pequena. Si l’esprit n’est pas mesquin
Quem quere passar além do Bojador Qui veut aller au-delà du Bojador
Tem que passar além da dor. Doit dépasser la douleur.
Deus ao mar o perigo e o abismo deu, C’est à la mer que Dieu a donné le péril et l’abîme
Mas nele é que espelhou o céu. Mais c’est sur elle qu’il fait resplendir le ciel.
Mosaïque de Lisbonne qui montre le parcours des caravelles portugaises

Quelques années après l’arrivée des caravelles du navigateur portugais Pedro Álvares Cabral au Brésil, les portugais ont commencé à y construire les premières villes.
 
Le nom de Belém a été donné à une de ces premières villes du nord du Brésil, et qui compte maintenant quelques 400 ans d’histoire.
 
La fondation des premièrs constructions de la vieille ville de Belém est attribuée au capitaine portugais Francisco Caldeira Castelo Branco.
Si beaucoup de noms de localités du Portugal ont été transportés au Brésil pour “baptiser” les nouvelles villes, l’année de 1616 a vu la construction d’un complexe de défense et d’habitations à qui Francisco Caldeira Castelo Branco a donné le nom de Feliz Lusitânia (Heureuse Lusitanie).

Je vous invite à faire un petit tour de ce lieu historique au son des guitares portugaise. Merci à l’auteur de la vidéo!
  

FORTE DO PRESEPIO
Publié parizidroguedes

On peut voir les canons d'époque qui ont encore les armoiries du Portugal et les munitions gardées derrière le grillage d'une salle.
Une forteresse (forte do Presépio) car il fallait se proteger des pirates, des français, des hollandais, etc, une chapelle, la "Casa das onze janelas" le palais des 11 fenêtres,  le collège des prêtres jesuites, et quelques habitations composaient le premier noyau de la “Feliz Lusitânia”, la future Belém du Brésil, stratégiquement située à l'embouchure du fleuve Amazone.
 


Catedral da Sé, Belém, PA
Publié parMarcelo Lanziotti
D’après mes lectures, la Cathédrale de Belém fait partie de ce complexe historique de la vieille ville qui s’appelait “Feliz Lusitânia”
Dans ce local une première église a vu le jour en 1748. Puis quelques années plus tard, à la demande du roi du Portugal, l’architecte italien Antonio José Landi y a effectué des grands travaux de reconstruction du beau monument.

mardi 27 janvier 2015

Belem de Lisbonne


Je vous invite à me suivre dans les jardins de Belém, le quartier ouest de Lisbonne. Ici le nom de Belém est bien connu. Il y a bien sur la Tour de Belém, monument dont le début de construction date du XVe siècle et qui a vu partir les caravelles. La tour faisait elle-même partie du système de défensif de la capitale du Portugal.
Et voici l'entrée du Centre Culturel de Belém (Centro Cultural de Belém) ou le CCB. C’est un bâtiment récent qui abrite un important centre culturel et artistique.
Le Centre Culturel de Belém a été construit a partir de 1989  pour marquer  l’entrée du Portugal dans le Marché Comum qui avait eu lieu le 1er janvier 1986, et en même temps accueillir la première présidence portugaise de l’Union Européenne en l’année 1992.
C’est un projet qui s’entoura de beaucoup de polémique à cause des craintes de voir s’élever une construction qui pourrait “défigurer” ou en quelque sorte “faire de l’ombre” la monumentalité de l’historique Monastère des Jerónimos, et aussi à la suite des soit-disant excès du coût de construction.
Tout au fond, les 2 tours du Monastère des Jerónimos
Le Portugal se trouvait orphelin de la perte récente de ses territoires d’outre-mer (Angola, Mozambique, Guinée...) dont les traités d’indépendance avaient été signés en 1975. Les autorités voulurent ériger un symbole de ce virage dans la vie du pays;
en fait il apparait écrit que le pays devait se tourner vers le continent européen, s’intégrer dans la famille des 12, et concentrer ses forces dans le petit rectangle, au lieu d’aller éparpiller ses énergies dans les autres continents.
Depuis ces premières années, le complexe du CCB hébèrge et présente des spectacles de dance, cinéma, théâtre, musique, expositions permanentes et itinérantes, des congrès, et autres sortes de manifestations.


Pour sa construction (97.000 m2), on a fait appel à l’utilisation de la pierre calcaire “Abancado de Pêro Pinheiro” sur 36.000 m2 de murs, qui lui donne un léger ton rosé et adoucit l’effet des murs épais aux ouvertures réduites.
Site du CCB pour les details de la construction et programmation (en portugais et en anglais):http://www.ccb.pt/sites/ccb/pt-PT/CCB/Pages/Hist%C3%B3ria.aspx

Les visiteurs apprécient essentiellement les collections d’art contemporaine, le type d’art qui est une sorte d’image de marque du monument.

Des projections surprennent à chaque détour des couloirs et de belles sculptures nous accueillent et nous invitent à admirer les oeuvres d’artistes actuels.
Je vous invite à regarder une vidéo qui vous fait connaitre le joli monument d’architecture contemporaine. 

Centro Cultural de Belém, Lisboa
Publié parIX Congresso FIAP / 2º Congresso OPP
 
L’art Pop, la collection Berardo, les expos temporaries, permettent de passer de très bons moments. Mais on peut aussi profiter des spectacles à l’affiche, sans oublier les coins détente dans la cafetéria ou aux terraces avec vue sur le Tage.

Gisela João encheu CCB num espectáculo único
Publie parcamaralisboa


Conservatório d'Artes de Loures - Piratas das Caraíbas - CCB - Junho 2013
Publié par APEECAL

mercredi 21 janvier 2015

De retour a Lisbonne, l'Office du Tourisme

Dans la ville-basse
Je reviens à Lisbonne, pour vous emmener à nouveau à l’Office du Tourisme de la place “Praça dos Restauradores”, situé à Lisbonne, dans la ville-basse (baixa). Beaucoup d’opinions s’accordent pour constater que l’Office du Tourisme est difficile à trouver! Pourtant beaucoup de choses s’y passent.


Ce beau palais rose du XVIIIe siècle a connu une période de faste et de fêtes avec son nom historique de “Palácio Foz” et ses intérieurs somptueusement décorés. Dans ma photo, c’est le bâtiment rose sur la droite.
À cause de la gestion sans doute peu attentive  de ses proprietaires, les difficultés ont abouti à la vente aux enchère du luxueux contenu: mobilier, tableaux, pièces de collection, etc. Le monument lui-même devient proprieté de l’État portugais en 1939 , et les murs révèlent encore bien des trésors.


Lisboa-Palácio Foz by Necy Guerreiro publié par Necy Guerreiro
 
L’édifice est vaste, et outre l’Office du Tourisme, on peut trouver des salles de spectacles dont la programmation peut être consultée par ce lien:
Il y est écrit que les spectacles sont gratuits. Une visite du site permet de découvrir quelques photos.
La salle de la cheminée:
La salle des glaces:
Et finalement “l’Abadia”  (l’Abbaye):

Au rez-de-chaussée et  sous-sol du palais, les proprietaires y avaient construit en 1917 une pâtisserie (genre salon de thé) où la société de Lisbonne venait se réunir et qui s’appelait “Pastelaria Foz”. Il y avait aussi un restaurant, l' “Abadia” (Abbaye).
Architects et décorateurs s’en sont donnés à coeur joie dans leur désir de décorer de belles oeuvres ce local “mystérieux”.
   
C’était paraît-il un lieu où se realisaient des réunions de caractère gastronomique. Il est écrit qu’un groupe de messieurs, “Os Makavenkos” , formaient un club élitiste de la capitale portugaise.  Des reunions secrètes, des associations d’intérêts, des actions de solidarité, des rencontres de républicains, des conspirations peut-être! Des dames y étaient aussi invitées:

Nós por Aí - Abadia do Palácio Foz
publiéacidi ip
La jeune journaliste nous invite à la suivre dans ce lieu secret, pour nous faire découvrir les contours de l’Abbaye (au sous-sol du Palais Foz). Je vous remercie de m'avoir accompagnée dans cette visite!
Je remercie les auteurs des vidéos!

dimanche 18 janvier 2015

Cadix, la belle


Lorsque que nous sommes en Algarve, il est facile d’avoir accès aux villes mythiques de la somptueuse Andalousie telles que Séville, Cordoue, Grenade, ou Cadix.
Mais tout d'abord voici Vila Real de Santo António, la ville-frontière portugaise.
La promenade le long du fleuve à Vila Real de Santo António
Le pont construit sur le fleuve-frontière Guadiana nous permettra de faire la traversée en quelques minutes.
Mais avant de passer dans le pays voisin, nous avons séjourné une petite heure dans la ville portugaise de Vila Real de Santo António.

Situé sur la rive droite du Guadiana, Vila Real de Santo António nous sert de refuge pour le repas de midi. Habitués à nos horaires portugais, nous pensons qu’il est préférable de nous arrêter ici plutôt que d’attendre les repas “à l’heure espagnole” qui en général sont servis vers les 14 h ou 15 h de l’après-midi!
Promenade le long du fleuve
Voici un aperçu de la promenade qui longe le fleuve-frontière. Les jardins embellis offrent des moments de détente.
Dessin de pavés dite "calçada" portugaise
Mais nous ne pouvons pas nous attarder. Et de suite, nous dirons "à demain" au Portugal!
Cadix est à plusieures heures de route. L’Andalousie met à notre disposition ses autoroutes, et le soir venu, nous voilà au centre-ville de notre destination. C’est Cadix qui nous servira le repas du soir!
Les restaurants sont nombreux au centre-ville de Cadi
Cadix est une ville très ancienne qui aurait été fondée par les Phéniciens avant J.C. et qui possède un riche patrimoine architetural et culturel.
Une des places du centre-ville de Cadix
Nous avons vite trouvé notre chambre dans un hôtel du centre-ville près du parking qui est bien situé et très pratique pour ceux qui comme nous ne se sentent pas trop à l’aise pour circuler dans une ville d’abord inconnue.

Le landemain nous étions prêts, et suivions la direction du centre historique, qui nous mènera devant la grande cathédrale de Cadix où les touristes s'attardent pour les photos.
D’après mes lectures, cette nouvelle cathédrale est un monument du XVIIIe siècle dont la construction se poursuivit pendant le XIXe.

à l'intérieur de la cathédrale

Á l’intérieur, des oeuvres d’art de nombreux artistes se succèdent et nous avons choisi d’aussi visiter la crypte et le musée de la cathédrale tout proche, qui garde un grand nombre d’objets de culte très précieux.

Suivant la même direction, nous arrivons en bord de mer car Cadix se prolonge le long de sa longue et belle baie.
Derrière nous, la forteresse avec l’ancienne porte du perimètre muraillé, la “Puerta Tierra”.
Sous constante menace d’attaques, en particuler des corsaires, Cadix a du construire sur tout son pourtour un systême de remparts élaboré.  
 
Du côté opposé, nous rejoindrons les plages dorées, comme la “Playa de la Caleta” entourées de bastions comme celui de Santa Catalina.
 
C’est par un retour de rues aux façadas harmonieuses que nous rejoindrons un ancier quartier du côté nord de la ville.

Et encore directement vers le long front de mer, car Cadix est construite sur une péninsule.
Rue du quartier ancien menant aux plages.
Des promenades presque illimitées se prolongent encore devant nos yeux. Nous pouvons admirer de beaux arbres et des fontaines qui décorent les espaces.


La promenade dans Cadix est un vrai plaisir pour les yeux. J’avais bien sur emporté mon fidèle appareil photo ainsi je peux partager quelques uns des nombreux clichés que j’ai pu prendre en cette mi-saison.



Pour aller en Andalousie, nous évitons les mois d’été car la chaleur est en général plus forte qu’en Algarve. Ainsi la mi-saison est idéale.
Parmi les nombreux visages de Cadix, nous avons aussi pu admirer la végétation des  jardins du parc “Genovés” orné de palmiers, cascades, petites fontaines et arbres taillés.
 
On se rappelera sans doute la chanson d’il y a quelques décades:
Luis MARIANO La belle de Cadix por federico63 


mercredi 14 janvier 2015

Un saut jusqu’au Minho (nord du Portugal)


Je vous invite à faire un saut jusqu’au Minho cette province verdoyante, tout à fait au nord du Portugal. Je profite pour vous présenter un groupe folklorique de la ville de Vila Verde (près de Braga), avec une danse qui s’appelle CHULA.
La Chula est une danse traditionnelle et originaire du nord du Portugal. La choréographie peut être différente d’une ville à l’autre, mais le rythme saccadé et répétif des mélodies anime la danse des participants.
Voici la "Chula de ir à frente":
 

GFVV - Chula de ir à frente

publié parGrupo Folclórico de Vila Verde
 
Et la Chula de la Ribeira de Neiva. Ici on chante aussi! 
Cela rappelle que les gens du peuple dansaient sur le parvis des églises en jour de fête, de célébration ou pour marquer la fin de certains travaux agricoles.
 

GFVV - Chula da Ribeira de Neiva publié par

Grupo Folclórico de Vila Verde

 
Je me permets de recopier du site suivant, une description des danses traditionnelles du nord du Portugal :
CHULA
A chula ou xula, é uma dança popular portuguesa muito antiga. Gil Vicente refere-se a ela numa das suas peças ou autos teatrais. É uma dança que tem cantador ou cantadeira, ao desafio mas o seu estribilho, ou refrão, é só instrumental. Baila-se a chula - que é uma dança tipicamente nortenha - do Minho à Beira Alta setentrional. Porém, a chula do Alto Douro tem instrumentos especiais e especial maneira de se bailar. Tal como o malhão, a cana-verde e o vira, a chula pode acompanhar-se apenas pelo ritmar da viola ramaldeira e tal como aquelas, que são danças típicas do Minho e do Douro, pode ser acompanhada pela «ronda minhota» (espécie de pequena orquestra campesina composta de clarinete, rabeca, harmónica, cavaquinho, viola, violão, bombo e ferrinhos) ou pela «festada duriense» (que é constituída pelos mesmos instrumentos, menos o clarinete, que é substituído pelas canas).

La Chula ou xula, est une danse folklorique portugaise très ancienne. Gil Vicente se réfère à elle dans une de ses pièces  théâtrales. Ce est une danse qui a un chanteur ou une chanteuse, qui utilise l’improvisation, mais son refrain, ou de chorus, est seulement instrumental. On danse la Chula  - qui est une danse typique du nord du Minho à la haute Beira . Cependant, la Chula de l'Alto Douro a des instruments spéciaux e une manière spéciale et de danser. Tout comme le Malhão, la Cana Verde, et le Vira (trois autres danses traditionnelles de cette région), la Chula peut être accompagnée seulement par guitare « ramaldeira »  et comme ces dernières qui sont des danses typiques de Minho et du Douro, la Chula peut être accompagnér par la  «ronda du minhota» (ronde du Minho) (espèce de petit orchestre paysanne composée de clarinette, violon, harmonica, cavaquinho, guitare, tambour et le triangle) et par la «festada durience" (festada du Douro) (qui se compose des mêmes instruments, moins la clarinette, qui est remplacée par des roseaux).


dimanche 11 janvier 2015

Gonçalo Salgueiro et Jesus Christ Superstar


La plupart d’entre vous se souviendront de l’opéra-rock « Jesus Christ Superstar » crée en 1970, « d'Andrew Lloyd Webber (musique) et Tim Rice (paroles) qui s'intéresse aux derniers jours de la vie de Jésus tels que les relate le Nouveau Testament »

Cette représentation dramatique des derniers épisodes de la vie de Jésus será par la suite mise en scène dans un grand nombre de pays, avec beaucoup succès.
Au Portugal le spectacle a été repris en 2007 par le metteur en scène portugais Filpe La Féria. C’est le chanteur portugais Gonçalo Salgueiro qui a été invité pour jouer le rôle de Jesus Christ.
 

Jesus Cristo Superstar - Monte das Oliveiras
publié parRegião Norte TV
« I only want to say
If there is a way... »
 
Le présent épisode se passe peu avant que Jésus soit arrêté. Sur le Mont des Oliviers, Il se sent seul et abandonné. Son destin est tracé. Jésus souffre et il interroge le Père sur les raisons de son sacrifice.


Ma tradution (d'amateur!) pour vous aider si vous ne comprennez pas le portugais, j'espère que vous aimerez (j'ai pris le texte sur un site du net que je remercie aussi):


Eu quero saber se te posso pedir /Je veux savoir si je peux te demander
Afasta de mim o cálice / Eloigne de moi cette coupe
Eu não quero seu veneno / Je ne veux pas son poison
Que me queima/ Qui me brule

Eu mudei / J’ai changé
Já não sei onde errei / Je ne sais pas où j’ai fauté
Tinha tanta fé quando comecei / J’avais tant de foi quand j’ai commencé
Estou tão triste, tão cansado do caminho já andado/ Je suis si triste, si fatigué par le chemin déjà parcouru
Tanto sofrer/ De tant souffrir

Que mais queres Pai? /Que veux-tu encore Père?

Que mais posso fazer? / Que puis-je faire de plus  Père

Se eu morrer / Si je meurs
Será que vai se cumprir todo o teu querer?/ Tout ton vouloir va-t-il se réaliser?

Deixa que me cuspam, batam, preguem na cruz / Laisse qu’on me crache, qu’on me batte, qu’on me cloue sur la croix

Quero saber, Senhor Quero saber Senhor / Je veux savoir, je veux savoir Seigneur
Eu Quero crer, Senhor / Je veux croire Seigneur, Je veux croire Seigneur

Mas se eu morrer / Mais si je meurs
diz-me então / dis-moi alors
que minha morte não será em vão / que ma mort n’aura pas été vaine
Que não é inútil este amor, esta paixão / Que n’aura pas été inutile cet amour, cette passion

Eu quero crer, eu quero crer, Senhor / Je veux croire, je veux croire Seigneur
Não duvidar, não duvidar, Senhor / Ne pas douter, ne pas douter Seigneur
Eu quero crer, Eu quero crer, Senhor / Je veux croire, je veux croire Seigneur

Acreditar, acreditar, Senhor / Etre sûr, être sûr Seigneur

Se eu morrer, o que irá acontecer? Si je meurs, que se passera-t-il ?
Se eu morrer, o que irá acontecer? Si je meurs, que se passera-t-il ?

Quero saber, quero saber, Senhor / Je veux savoir, je veux savoir Seigneur
A razão por que devo morrer / Pour quelle raison dois-je mourir

Diz-me então / Dis-moi alors
que minha morte não será em vão / Que ma mort ne será pas veine
Que não é inútil este amor, esta paixão / Que ne seront pas inutiles cet amour, cette passion

Pai, quero saber por que tenho que morrer /Père, je veux savoir pourquoi dois-je mourir
não importa onde ou quando, / où et quand n’importe
mas sim o porquê / mais si pour quelle raison

Por ti eu morro, por ti eu morro /Pour toi je meurs, pour toi je meurs
Mas quero acreditar / Mais je veux croire
não duvidar, Senhor /ne pas douter Seigneur
Acreditar / Etre sûr

Quando comecei tinha tanta fé /Quand j’ai commencé j’avais tant de foi
Estou tão triste, e tão cansado /Je suis si triste, et si fatigué
Do caminho já andado /Du chemin déjà parcouru
Tenho medo, estou sozinho /
J’ai peur, je suis seul
Estou tão triste, estou tão cansado /Je suis si triste, si fagitué

Pai, o jogo é teu e eu sou apenas eu / Père c’est ton jeu et je suis à peine moi
Beberei o teu veneno /Je boirai ton poison
Prega-me na cruz, Senhor / Cloue-moi sur la croix Seigneur
Seja feita a tua vontade /Que ta volonté soit faite
se é este o teu amor / Si c’est cela ton amour
Se é este o teu amor /Si c’est cela ton amour
 
 

jeudi 8 janvier 2015

Que vivent l'art et la culture


Parce que je crois que l’art peut être un lien d’entente entre les peuples. Que la culture fomente la tolérance. Que l’on doit promovoir la paix et essayer de combler les fossés entre les cultures.
On peut écouter  les petits violonistes portugais, les Paganinus et les Violinhos:
 

Orange Blossom Special
Publié parars130
On peut écouter un extrait par l'Orchestre Synphonique de la ville de Porto:
 

Ensaio da Orquestra Sinfónica do Porto Casa da Música | 17 de Maio de 2013

Ou on peut admirer l’exercice de patinage artistique des jeunes portugais Ricardo Martins et Ana Rita Silva, en compétition:


Gala Open Hettange 2010 PORTUGAL Ricardo Rita
Publié par Patrick VILLEFRANCHE

Merci de les regarder! Merci aux auteurs de vidéos pour le partage!

dimanche 4 janvier 2015

Les canards de Quinta do Lago


En ce 1er janvier 2014, le soleil égarait ses rayons sur tout l’Algarve. Les couleurs de la lagune Ria Formosa brillaient de plus belle.

À Quinta do Lago le canards des lacs nageaient en toute confiance, sans se soucier des promeneurs qui profitaient du jour férié.
 

Quinta do Lago est un domaine touristique qui s’étend sur quelques 645 hectares à l’extrême sud de l’Algarve ;  la couvertures végétale se répartit entre la forêt de pins parasols, les jardins aménagés autour des villas privées ou des établissements hoteliers, et les terrains de golf, vrai paradis pour les golfeurs.
 
Le lac principal  attire l’attention  des amoureux de la nature, et aussi de ceux qui désirent pratiquer des sports nautiques.


Le long des berges du lac, des petites plages de sable doré font le bonheur des enfants; après quelques heures de plage, les parents peuvent prendre une boisson fraîche dans le bar en bois d’en face!

Le soleil, toujours assez fort, décolore souvent les photos ; j’essaie de mettre un peu à l’ombre pour saisir les couleurs du paysage qui sont bien définies, en ce jour de ciel totalement bleu. C’est pas parfait, mais cela donne une idée !



Dans le deuxième lac, les canards étaient aussi de sortie ! On les voyait piquer de la tête pour pêcher quelque nourriture, puis sans crier gare, s’envolver tous ensemble dans un confus battement d’ailes.



Nous sommes montés sur la colline toute proche. De là-haut, il est possible d’apercevoir entre les arbres, les segments des lacs, la dune, puis une bande bleue plus lointaine qui est déjà l’Atlantique.D


En direction du long pont en bois, qui traverse cette partie occidentale de la lagune Ria Formosa et nous conduit à la plage de sable clair et de vagues océanes.  


J'espère que la promenade vous aura plu! En cette pointe extrême de l'Europe du sud.