Blog sur le Portugal

Voyages, actualites, histoire, culture, faits divers, images du Portugal, photos, regards sur le monde portugais, à decouvrir ou à redecouvrir.

samedi 25 septembre 2010

Nuits blanches de Loulé






Cela devient maintenant une tradition que Loulé dise au revoir à l’été vêtue de blanc. Habitants et visiteurs, répondant à l’invitation de la municipalité, se dirigent vers le centre ville, pour rejoindre la fête qui a lieu le dernier samedi du mois d’août.

Dès huit heures du soir, de nombreux spectacles de rue enchantent grands et petits à mesure qu’ils remplissent la ville de danses et de musique qui se poursuivent jusqu’à bien tard dans la nuit. Jongleurs, acrobates, silence party, danseurs, clowns, musiciens, se relaient dans plus d'une vingtaine de locaux indiqués sur les cartes que l’on distribue aux passants.

Le public accourt en grand nombre. L’entrée est libre. Cette année on compterait près de 30.000 personnes ; les vestes blanches couvrent même les façades des maisons, et le marché couvert déploie les longues écharpes de cérémonie. Les vitrines des magasins participent à la féerie et rivalisent par leur décoration.

C’est un succès. Félicitations Monsieur le Maire!

Je vous invite à visionner la jolie Vidéo de présentation publiée sur youtube:






Video de promotion sur youtube:




vendredi 24 septembre 2010

Architecture d’influence byzantine


  


C’est en visitant Braga (ville située dans la verdoyante province du Minho), plus précisément la paroisse de Real que l’on trouve la chapelle wisigothique de São Frutuoso de Montélios, un rare exemple d’architecture préromane au Portugal.

Edifiée au 7e siècle, autour de l’année 650, para Saint Fructueux alors évêque de Braga, elle se présente en forme de croix grecque, avec ses murs épais en pierres ouvragés. Né à Hongrie, Saint Fructueux est venu en Galicie et en Lusitanie avec le propos de créer une communauté religieuse. À Montélios il a fait édifier un monastère, et s’est là que, quelques années plus tard, il meurt et est entérré. Donc une petite chapelle, mais une longue histoire.

Le monument que l’ont voit n’est que la partie détachée et mise à jour de la structure qui, durant les siècles qui suivirent sa construction, fut peu à peu « absorbée » par les nouvelles formes d’architecture religieuse, en particulier l’église de Saint Francisco (François).

S’il est bon de situer l’endroit, il serait aussi utile de remonter au siècle VII. Suite au démembrement de l’empire romain (Ve siècle), les Suèves (peuple barbare venu de l’Europe centrale) s’installent en Galicie et centre et nord du Portugal actuels où ils forment un royaume qui dura de 411 à 585 (année où le petit royaume fut annexé au grand royaume wisigoth), car après avoir été totalement déroutés par les Wisigoths, ils furent assimilés par les populations locales. Braga (la Bracara Augusta des romains), choisie en tant que capitale de ce royaume suève, connait un grand essor et devient un important pole intellectuel et religieux, où d’ailleurs s’y seraient déroulés 4 conciles en les années 563, 572, 610 et 675

Les archevêques de Braga disputent avec ceux de Tolède le titre de primat d’Hispanie et une longue querelle s’installe.


(voir suite en "Saint-Jacques de Compostelle IXe siècle" du 1-10-2010)


mercredi 15 septembre 2010

La Rivière









En été, en Algarve, tout au sud Portugal, les rivières ont du mal à exister. Les étés chauds, secs et longs dessèchent le paysage et les cours d’eau. Alors à Alte, petite ville de l'Algarve, on a emprisonné la rivière.


Des montagnes aux alentours coulent les filets d’eau fraiche qui, patiemment, alimentent ce cadre reposant ; c’est en fait une alternative aux plages surpeuplées du mois d’août !

Ainsi, quand la canicule menace, il est possible de trouver refuge à l’ombre des grands arbres et de la végétation native, qui eux aussi bénéficient de cette structure crée para les hommes.

Une photo placée sur la pente de montagne qui fait face à l'étendue d'eau, donne un joli aperçu de l’utilisation qui était faite de la rivière au temps où ânes et mules s’abreuvaient une dernière fois, avant d’entreprendre le voyage de retour, chargés de grosses cruches pleines d’eau.


Plus bas, pour échapper à la chaleur du temps estival, une bande de canards se promène tranquillement dans la rivière d'Alte; d’autres remontent le courant et font la course, surtout s’il y a le moindre soupçon qu’un fragment de nourriture est tombé dans leur milieu aquatique !







jeudi 2 septembre 2010

Poesie du al-Gharb

.
L’esprit des poètes arabes habite les jardins de Silves.

L'Algarve qui vient de l'arabe Al-gharb (l'Occident) est la région la plus méridionale du Portugal continental. Silves, qui était la capitale de ce petit royaume, était réputée pour sa poésie. Dans un temps où l'Occident et L'Orient étaient, en temps de guerre et de paix intimement liés, les poètes s'inspiraient des printemps doux et parfumés, des senteurs des vergers qui entourent la ville, des murmures des norias et des fontaines, des nuits illuminés de clairs de lune.

Abü Ibn Ammar serait né en 1031 à EStômbar, fut nommé gouverneur de Silves. Sa poésie fait preuve de grande élégance.

Al- Mü’Tamid né à Beja en 1040, ami d’ Abü Ibn Ammar, a plus tard occupé le trône de Séville (connu aussi pour son poeme faisant partie des Mille et Une Nuits).

Ibn As-Sid né à Silves en 1052, s’est dévoué à la philosophie et est considéré un des plus grands poètes arabes de son temps comme le fut Al-Mu’Tamid

Ibn Salläm a vécu à Silves où il viendrait à mourir en 1149.

Et bien d'autres...
.
















Minha alma quer-te, ainda que em tortura,
E sigo-te alegre na ânsia da procura.
Que estranho, ser defesa a nossa ligação,
Se os desejos ambos concordaram!
Que quereria mais o coração
Quando amargurado te buscou em vão
E os meus olhos te viram e amaram?
Como desejo que quem tem poder
Sobre ti em nosso encontro não esteja!
Só assim a minha sede vai beber
Em doce fonte se teus lábios beija.


Ibn ‘Ammär


Mon âme, bien que torturée, te désire,
Et je te suis allègre et anxieux pour te trouver.
Comme c’est étrange que notre union soit prohibée
Alors que nos désirs se sont entendus !
Que voulait encore mon cœur
Lorsque, angoissé, il te chercha en vain
Et que mes yeux t’ont vue et t’ont aimée ?
Comme je souhaite que celui qui a des pouvoirs
Sur toi n’apparaissent pas à notre rendez-vous !
C’est seulement ainsi que ma soif pourra boire
En embrassant la douce fontaine de tes lèvres.