Blog sur le Portugal

Voyages, actualites, histoire, culture, faits divers, images du Portugal, photos, regards sur le monde portugais, à decouvrir ou à redecouvrir.

dimanche 27 juin 2010

Tomar et le refuge des Templiers



Convento de Cristo, à Tomar, siège des Templiers

Le Vendredi 13 devint un jour maudit. Il est dit que la fondation des Chevaliers du Temple, le premier ordre militaire de l’Occident, a eu lieu en l’an 1118 et tira son nom de la demeure que leur a cédée le Roi Baudouin, localisée à l'emplacement du Temple de Salomon. Les chevaliers français qui la fondèrent et les membres qui suivirent, sont connus sous le nom de Templiers, leur principale mission étant de protéger les lieux saints et les pèlerins se rendant à Jérusalem. Très vite l’ordre grandit en richesse et en puissance et donna lieu à des suspicions et convoitises. 




Photos de l'intérieur du Couvent du Christ (Tomar)

Ce fut le vendredi 13 Octobre 1307 que, suivant les instructions de Philippe IV le Bel roi de France, à la même heure et dans tout le royaume, les Templiers furent arrêtés (et tous leurs biens confisqués). Les Templiers de France, accusés d’hérésie, subissent les sévices de l’Inquisition, beaucoup finissent sur le bûcher comme, leur dernier grand maître, Jacques Molay à Paris. L'ordre des Chevaliers du Temple fut supprimé le 3 avril 1312 par une bulle papale. Cependant beaucoup de Templiers ont pu s’enfuir à l’étranger, trouvant refuge, entre autres, au Portugal.

Au Portugal l’ordre était fortement implanté. Il a joué un important rôle dans la reconstruction du pays, le premier roi du Portugal Afonso Henriques, serait devenu lui-même un des membres. De grands domaines furent cédés aux Templiers à mesure que les rois portugais repoussaient les frontières du royaume en gagnant du terrain aux musulmans. En 1160, D. Gualdim Pais, maître de l'Ordre du Temple fit bâtir le château des Templiers à Tomar. L'église octogonale est inspirée du lieu saint utilisé par les Templiers à Jérusalem.

Ce n’est pourtant pas étonnant que, suite à la bulle papale, le roi Denis 1er de Portugal ait décidé protéger les Templiers, et négocia de manière sage afin que les possessions de l’ordre restent dans les mains d’un autre ordre portugais, et que les Templiers ne soient pas inquiétés. L’Ordre du Christ voit le jour en 1319, siégeant d’abord à Castro Marim (Algarve), avant de s’installer définitivement à Tomar. L’Ordre du Christ devient l’héritier direct de l’Ordre du Temple avec personnes et biens.

L'ensemble monumental du Couvent du Christ de Tomar est classée Patrimoine Mondial par l'UNESCO.
Voir aussi: Couvent du Christ le monument des emotions
-

mercredi 23 juin 2010

Les tresors cachés de Tavira





Il est bien agréable de déambuler dans les ruelles du centre ville. Comme en beaucoup de lieux, on peut monter les marches des murailles et en profiter pour faire de nouvelles découvertes, ou simplement admirer les habitations qui se sont paisiblement installées de part et d’autre du fleuve Gilão.

Combien y a-t-il d’églises à Tavira ? Vingt sept, répond un responsable du département de la culture qui s’affairait à installer les décorations d’une fête de quartier. Il est vrai que si on compte les clochers, on s’aperçoit que plusieurs églises sont construites dos à dos, deux par deux ! Peut-être que les petites chapelles ont-elles aussi été comptées. Mais toutes fermées sauf une, il paraît que l'on peut les visiter le matin.

Une porte au travers d’un autre pan de muraille, donne accès à un charmant petit jardin. Dans une rue voisine, le panneau des excavations nous informe qu’il s’agit de l’ancienne maison de la famille Corte-Real. C'est donc ici qu’est né le navigateur João Vaz Corte-Real. A ce fils de Tavira le roi du Portugal a offert une partie de l'île de Terceira des Azores, pour services rendus à la couronne, à son retour de Terre Neuve des Morues (Canada) en 1472. En 1474 la famille a quitté Tavira pour aller vivre aux Azores avec leur fils aîné Vasco Anes Corte Real; six autres enfants sont nés à Terceira. Les trois fils devirent des navigateurs célèbres, Vasco, Miguel Corte Real et Gaspar Corte Real. Dès 1501 e 1502 ils continuèrent les explorations initiées par leur père dans la région nord-ouest de l'Atlântique.



samedi 19 juin 2010

Ville berceau de Vasco da Gama





Sines, ville de l'Alentejo au Portugal, est la ville berceau de Vasco da Gama. On nous dit que la maison où il est né en 1468, se situe derrière les murs du château médiéval que surplombe la ville. Dans ces murs, l’église où il fut baptisé par ses parents, une famille de nobles portugais, qui l’avaient destiné à la vie ecclésiastique. Cependant Vasco da Gama qui rêvait d’horizons lointains, s’engagea dans la marine et se voua à une carrière militaire.

À Sines on visite la statue de Vasco da Gama devenu vice-roi des Indes, comme l’avait nommé le souverain portugais. Tourné vers l’océan, il veille en maître sur la baie. La cohabitation entre port de pêche, port de plaisance, port industriel aux activités pétrolière, et les intrépides surfeurs, semble paisible et harmonieuse. Outre la statue de Vasco da Gama qui assure la tranquillité des lieux, les canons du château qui protégeaient la ville des attaques des pirates, sont restés à leur poste.

Pour les romains, Sinus (ancien nom de la ville de Sines) était déjà considéré un port bien abrité. On y trouve les vestiges de leurs anciennes industries qui se dédiaient aux salaisons de poisson. Aujourd’hui les restaurants de Sines nous invitent à déguster les spécialités gastronomiques qui valorisent les produits frais de la pêche.

A l’ouest la ville s’étend en terrasses avec vue sur l’Atlantique. C’est la même mer qui a séduit le navigateur avant de devenir route pour les épices que l’on rapportait de l’Orient.

-

jeudi 17 juin 2010

La sœur de la reine




La rencontre a eu lieu à Lisbonne. Le visiteur avait déjà parcouru le labyrinthe de plusieurs salles du palais transformé en musée ; il avait admiré les collections d’arts décoratifs, peintures et tapisseries qui ornent les murs des salons, fines porcelaines, tapis, mobilier et sculptures soigneusement sélectionnés par les anciens souverains, avant d’accéder au premier étage où l’attendaient d’autres espaces imposants.

Ce fut dans un couloir à l’écart que le visiteur remarqua un buste représentant une belle jeune fille. « C’est la sœur de la reine, la princesse Clotilde » lui dit une des guides répondant à sa question. Il eut alors le désir de mieux connaitre la jeune femme qui avait inspiré le sculpteur.

Suivant ses recherches, il vint à apprendre que Napoléon Jerôme Joseph Charles, "le prince Napoléon" français, neveu de Napoléon 1er, épousa em 1849 Clotilde de Savoie, fille aînée de Victor-Emmanuel II le père de la reunification de italienne.
Ainsi, comme maintes princesses de son temps, princesse Clotilde de Savoie s'était vue destinée à un mariage politique, qui a contribué à la preparation d'une alliance avec la France.
-

samedi 12 juin 2010

Pierres brodées des monuments du Portugal









La tradition de tailler la pierre existerait (au Portugal) déjà au temps des anciens occupants arabes, qui, devant l’impossibilité de représenter leur Dieu et prophètes, mettaient à l’épreuve la créativité des artistes pour embellir leurs lieux de cultes.

Avec les chrétiens comme nouveaux maîtres, beaucoup de ces artisans ont continué le minutieux travail, et le savoir-faire fut transmis aux générations suivantes.

L’enthousiasme des Grandes Découvertes a mis le Portugal en contact direct avec le patrimoine artistique d’autres cultures. L’extension des territoires découverts embrassait une grande diversité en tous genres.

De ce fait une nouvelle architecture a vu le jour, le style Manuélin, qui s’est fortement développé dans le pays, incorporant les symboles de la mer, cordes, animaux fantastiques, nœuds de marin, plantes marines, dans une exubérance de broderies de pierre sculptée, présente dans un grand nombre de monuments portugais remarquables
-






jeudi 10 juin 2010

L’ete arrive en Algarve








 
Les plages de l’Algarve, au sud du Portugal, attendent l’été, vêtues de jaune doré et turquoise. C’est l’époque idéale pour admirer la beauté de l’océan. Le ciel est d’un bleu intense, mais les rayons de soleil ne sont pas encore assez forts pour faire pâlir les couleurs.



On peut également faire de bonnes promenades, pendant que l’on admire les mouettes qui prennent leur envol à notre approche.

Les candidats à un teint plus bronzé s’allongent sur les étendues de sable encore assez libres.

Les propriétaires des bars s’animent, et déploient autant de chaises qu’il est possible d’en mettre sur les terrasses extérieures.



Quelques touristes passent, laissant derrière eux une odeur de crème solaire. C’est le parfum des vacances, de l'animation, du sable chaud et des beaux jours.

 




dimanche 6 juin 2010

Printemps fleuris










La richesse des espèces et la diversité de la flore endémique du Portugal justifient qu'une attention particulière soit accordée à ces printemps fleuris.

Les montagnes recèlent de spécimens rares, comme ceux qui dans le sud du Portugal, se sont adaptés à la sécheresse de l’été. Lavande, thym, romarin, exhalent leur parfum dans un paysage méditerranéen. Mimosas et genêts peignent de jaune d’or d’autres paysages éclatants.
Les champs sont encore verts, mais partout parsemés d’une multitude de petites fleurs sauvages: pâquerettes, coquelicots, glaïeuls… Des terres pierreuses donnent un aperçu de leur potentiel de production en tapis fleuris et colorés. Dans les zones côtières, les plantes s’inclinent sous les brises marines, mas n’en sont pas moins décoratives et dignes d’intérêt.


Um certain « retard économique » peut peut-être expliquer que l’on utilise une moindre quantité d’herbicides, et que tous les ans il nous soit permit d’admirer ce spectacle de la nature inventive et exubérante.
-

mardi 1 juin 2010

Je marche, tu marches… les marches populaires du Portugal



Le mois de Juin est le mois des marches populaires. Dans plusieurs villes du Portugal ont lieu ces défilés (marchas) en l’honneur de Saints Populaires : Saint Antoine (le 13 Juin), Saint Jean (le 24 Juin) et Saint Pierre (le 29 Juin).


Mais c’est la veille au soir que la fête prend toute son ampleur. Les représentants des différents quartiers ont organisé les groupements qui concourent pour obtenir prix et meilleurs classements. Danseurs, chanteurs et musiciens forment le cortège et montrent les chorégraphies et les costumes colorées qui ont nécessité des mois de préparation et de travail. Au son d’une musique entrainante et adaptée aux thèmes choisis, les participants défilent devant les spectateurs enthousiastes.




Les marches les plus célèbres sont celles de Lisbonne, le 12 Juin, qui descendent l’Avenue « da Liberdade » et où on honore Saint Antoine le patron de la ville. Les rues sont décorées de banderoles, d’arcs, de ballons… On offre un pot de basilic pour souhaiter bonheur. Le feu d’artifice illumine le ciel. Des bals populaires remplissent les places des quartiers typiques et la fête se poursuit jusqu’au petit matin.

Et tous les ans, au mois de Juin, la fête se répète avec les marches populaires du Portugal

Voir aussi le message sur le sujet: Marches populaires et fiances de Santo Antonio avec les vidéos de la fête qui a lieu a Lisbonne.

Les Portugais on emporté au Brésil la tradition de fêter la Saint Jean. Au Brésil ces célèbrations ont prit le nom de FESTAS JUNINAS. Les groupes qui défilent (marchas) s'appellent les "quadrilhas". Il y a une compétition entre villes pour voir celle qui a la plus grande fête de São João.
J'ai trouvé cette vidéo du Brésil, qui donne une idée de la fete qui se fait là-bas (merci a l'auteur de la vidéo pour la publication et partage)